C’est après une première expérience  professionnelle que je me suis orientée vers l’ostéopathie. Portée sur les sciences humaines tout au long de mes formations universitaires, je n’ai jamais cessé de m’interroger et de progresser vers la connaissance de soi. Mes études de psychologie, de nombreuses lectures personnelles et ce jusqu’au doctorat m’auront tout autant appris du lien étroit entre corps et esprit, que de leur implication mutuelle dans tout système d’organisation humaine dans notre société, notamment celui du monde du travail.

Diplômée d’Ergonomie, j’ai pratiqué cette discipline pendant plus de 10 ans au sein d’un laboratoire de recherche. C’est sur le terrain et auprès de nombreux travailleurs que les compétences d’écoute, d’observation et ma compréhension des systèmes a muri.

L’envie d’exercer une disciple manuelle s’est vite imposée à moi. Approcher l’individu au cas par cas, l’accompagner dans une dynamique de guérison et d’évolution qui lui est propre, telle est ma conception de l’ostéopathie. Les principes ostéopathiques d’unité et de globalité me sont chers. Apporter conseil et soulagement par la connaissance, le ressenti et l’intuition demeure ainsi ma voie. Chaque soin m’offre une occasion sans cesse renouvelée d’apprentissage et de joie.

 


La définition de l'ostéopathie

De nos jours, l’ostéopathie est une approche thérapeutique manuelle reconnue. Conçue pour aider les personnes à retrouver la santé, elle traite les restrictions de mobilité et libère les tensions présentes dans le système corporel du patient afin de lui redonner sa capacité d’auto-guérison.

Destinée à un large public, elle s’adapte aux motifs de consultation les plus variés et à chaque personne. Les raisons qui amènent à consulter peuvent être des douleurs physiques quotidiennes ou épisodiques sans lésions majeures, divers troubles fonctionnels ou encore l’envie de prendre soin de soi de manière préventive afin d’éviter que ne s’installent sur le long terme des phénomènes de compensation.

L’ostéopathie va toujours plus loin que le symptôme, à la fois dans son diagnostic mais également dans sa prise en charge. Elle invite le patient à prendre conscience des réactions que manifestent son organisme face aux contraintes qu’il subit ou a subit… et à s’écouter ! Les symptômes ne sont jamais là par hasard et nous avons toujours à apprendre d’eux.

Tout au long de la vie et des événements que nous traversons, le corps puise dans ses ressources pour s’adapter et met en place des phénomènes de compensation. Cependant, il arrive que les ressources soient affaiblies ou insuffisantes au regard des contraintes liées à notre environnement de vie. Et notre corps n’arrive plus à s’adapter.

Que ce soit à travers la compréhension des conditions de survenue ou de maintien d’un trouble ou des conseils personnalisés sur des règles de vie simples, l’ostéopathe offre à son patient l’occasion de participer pleinement à sa santé.

En vous libérant des tensions et des blocages physiques qui altèrent votre santé, l’ostéopathie vous soulage de vos douleurs et de vos gênes quotidiennes.

Une manière de vous aider à retrouver vos capacités d’auto-guérison

Un regard osthéopathique

L’ostéopathe considère son patient dans sa globalité et tente du mieux qu’il peut d’approcher ce qui n’est pas apriori visible ou décelable d’emblée. Quoi que vous ayez, vous souffrez de symptômes, et cela ne représente que la face émergente de l’iceberg. Vous contenez des informations que vous ignorez parfois, que vous avez oubliées ou dont vous vous êtes tout à fait habitué.

Votre contexte de vie, vos sollicitations et contraintes subies ont été souvent sources de réactions de votre part, et en retour vous avez développé des stratégies d’adaptations incroyables ou simplement perpétué des habitudes dont vous ignorez souvent la nature, l’origine, et l’ensemble des ressources engagées dans ce sens.

Héritage physique, psychologique ou comportemental, issus de notre enfance ou de nos expériences personnelles, notre corps en est marqué. Il porte ainsi nos zones de fragilité et les stratégies d’adaptation mises en place. Il témoigne également du rapport coût/bénéfice de celles-ci et de leur actualité.

Si le corps s’exprime, s’il crie, se manifeste sous la forme de douleur ou de gêne, il nous donne un message clair : des limites ont été franchies. Son état actuel nécessite un remaniement. Les capacités d’adaptation ne peuvent plus seules ou en l’état faire face à la situation. Il est temps de modifier quelque chose !

Comment je vis et utilise les ressources dont je dispose ?, quelles sont les situations qui me contraignent, me fatiguent. Mon état de santé est-il atteint ? Qu’est-ce qui ne va plus ? Depuis combien de temps je tire sur la corde ? Dans quel environnement corporel s’est installé mon symptôme ? Qu’est-ce qui m’empêche de guérir ?

Le soin offre ainsi l’occasion de faire un point, d’apporter un éclairage différent sur un ensemble de facteurs qui ne font pas bon ménage ou qui dure depuis trop longtemps. Physiquement, le soin permet de découvrir, redécouvrir ou prendre la mesure des tensions qui nous habitent, d’apporter un temps d’écoute à des sensations corporelles inédites ou encore faire l’expérience de parties du corps qui communiquent entre-elles. Car nous le savons. Tout est lié.

Mais tout comprendre est chose impossible. L’ostéopathe, et le temps parfois d’une ou deux séances, propose au corps de faire différemment, il change la donne et offre une lecture susceptible de faire participer le patient en son âme et conscience, au soin prodigué.

ostéopathie adaptation

Le principe d'adaptation

La notion d’adaptation renvoie souvent à une adaptation envers l’environnement mais n’oublions pas que nous sommes une variable de cet environnement et que notre corps, notre histoire et nos motivations en font tout autant partis. Il nous faut donc à la fois composer avec nous-même et notre environnement sachant que les deux évoluent et qu’ils peuvent selon les périodes de notre vie prendre le pas sur l’autre. Enfant, la tendance prioritaire est d’apprendre à s’adapter à son environnement. A l’adolescence, s’écouter et faire selon ses envies reprend le pas. Dans la vie active, la tendance à s’adapter à son environnement reprend le pas puis les années passant, le besoin de revenir sur ses envies profondes refait surface. La retraite, c’est aussi plus s’écouter et vivre à son rythme.

Peut-on parler de troubles de l’adaptation ? En ostéopathie, cette façon de voir peut être pertinente. Ils correspondraient alors aux périodes où les priorités changeraient de bord, ou si l’un viendrait trop prendre le pas sur l’autre, notamment l’environnement par rapport à l’écoute de soi. Pour exprimer la nécessité d’effectuer un changement de positionnement vis-à-vis de son environnement ou de soi-même, le corps se chargerait de nous donner des signaux d’alarme pour signifier son besoin de se poser, le temps des ajustements nécessaires.

Localement, de manière plus ou moins physique/physiologique/psychologique ou encore plus généralement à une situation donnée, dans les relations… le corps indique un processus de changement dans sa manière de s’adapter, ou des difficultés à le faire. Les raisons peuvent être multiples.

Les capacités, ressources ou vitalité d’un individu peuvent augmenter ou décliner. Les sollicitations qui viennent de l’extérieur aussi (familiales, professionnelles, environnement de vie, bruit, pollution, alimentation…). Certaines stratégies d’adaptation qui étaient pertinentes à un moment donné peuvent ne plus l’être par la suite, voire constituer des obstacles face à d’autres besoins. Il faut alors envisager un changement. Trop de réponses adéquates envers les sollicitations de l’environnement emmènent l’individu à fonctionner d’avantage en fonction de l’extérieur et non de lui. Une sur-adaptation ne lui permet pas de s’autoréguler et de se développer selon ses propres aspirations. Les protections face aux agressions ou environnement nocifs ou toxiques font parties des adaptations qui posent problème sur le long terme. Trop d’adaptation épuise les ressources d‘un individu (voir phénomènes de compensation).

A nous, ostéopathes, de questionner les capacités locales et générales d’adaptation de nos patients et leurs limites…

Le principe d'auto-guérision

Tout système vivant à la capacité de s’autoréguler afin de s’adapter à son environnement et lutter contre les agressions qui menacent son intégrité. Cependant, ce principe s’exprime si l’état général et les conditions physiques le permettent. On parle alors d’homéostasie corporelle. Cela s’effectue grâce à l’intervention de divers mécanismes neurophysiologiques qui informent nos organes pour faire face à la demande.

Mais parfois, ce processus est entravé, l’état de nos organes est insuffisamment disponible pour répondre aux nouvelles sollicitations. L’ostéopathe a donc pour but de détecter les sources de dysfonction, d’enlever les obstacles qui impactent la vitalité des zones corporelles concernées, et de laisser ensuite le corps faire les changements nécessaires propices à la guérison.

L’identification des zones à traiter va concerner des structures plus ou moins profondes, diversifiées et imbriquées (muscles, chaines musculaires, os, articulations, fascia, organes, nerfs, etc.). En fonction des zones de restriction et de leurs capacités de réponse, on va choisir des approches plus ou moins inductives. Lorsqu’on observe de subtils changements dans le mouvement ou la texture des tissus, alors cela signe que le corps réagit et que le processus d’autorégulation commence à reprendre la main.

Nous n’avons pas besoin de continuer à travailler sur un patient jusqu'à ce que ses symptômes soient complètement résolus. Lorsque le patient repart, il peut toujours ressentir de la douleur ou de l'inconfort, voir en ressentir encore pendant les deux jours suivants, et ce au même endroit ou ailleurs. Le corps se met à travailler à travers les changements proposés pour rétablir l'équilibre et l'harmonie fonctionnelle. Il peut nécessiter parfois plusieurs traitements, et du temps et ce d’autant que les obstacles levés sont profonds et anciens.

Ainsi, le but de l’ostéopathe est de fournir des conditions nécessaires au rétablissement des fonctions d’auto-guérison du patient et de stimuler certaines fonctions essentielles comme la respiration, l’équilibre de la balance para et orthosympathique, la motilité du système cranio-sacrée.

« Chaque fois qu’un malade guérit, ce sont ses ressources qui le guérissent et cela quelle que soit la méthode employée. Ce que les médicaments ou les thérapeutes doivent faire, c’est aider les ressources présentes dans le corps à se manifester, soit en les renforçant et en les guidant, soit en les débarrassant de forces adverses qui les empêchent de s’exprimer. Cette conception est ou devrait être la clef de voute de toute approche thérapeutique. » (Duval, 2004).

CONTACTEZ-MOI

06 41 51 20 91

01 75 51 63 36

Horaires :
du lundi au samedi de 9H à 19H

honoraires ostéopathe 75020 HONORAIRES

Consultation adulte : 60 euros
Consultation enfant (- de 16 ans) : 40 euros

diplôme ostéopathe paris 20 DIPLÔMES

Diplômée d’Ostéopathie en 2014 - IPEO Pantin
Approche Tissulaire de l’Ostéopathie en 2012
DU Aspects Biologiques et Psychosociaux du Stress
Doctorat de Psychologie
DESS d’Ergonomie
Univ. Paris Descartes entre 1997 et 2004

CONSULTATIONS

Uniquement sur rendez-vous
Remboursement forfaitaire selon mutuelle

PLAN D’ACCÈS

28, rue du Télégraphe
75020 - 75019 PARIS

metro ostéopathe paris 20ostéopathe paris 19 Métro : Télégraphe
ostéopathe 75020ostéopathe 75019 Métro : Saint-Fargeau
osteopathe 75020osteopathe 75019 Métro : Place des Fêtes
osteopathe paris 20osteopathe paris 19 Tramway : Adrienne Bolland
osteo paris 2060 Arrêt de bus : Borrego
ostéo paris 2096 Arrêt de bus : Ménilmontant-Pelleport
osteo paris 1961 Arrêt de bus : Saint-Fargeau